ongtemps ,

bien malgré moi ,
j'ai porté,
au coeur d'un volcan de pierre qui etait le mien ,
une fleur que la memoire des hommes a toujours tourmenté.

Entre mes doights , fragile et fin , elle a rendu son dernier souffle.

Mais je vois encore dans l'ombre qui monte ,
au-dessus d'un tourbillon de souffre et d' éthère ,
son ame en chemin grimpant vers le ciel tel un lière.